Il n’est pas nécessaire que cela ait lieu à l’église

Prier pour l’unité des Chrétiens avec les personnes âgées de votre région

Marilyn Leuty

La plupart des Chrétiens canadiens prennent part à la Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens à compter d’une célébration œcuménique tenue à leur église. Nous pourrions toutefois nous poser cette question : Y a-t-il d’autres manières de célébrer la Semaine de prière? Cet événement œcuménique pourrait-il être accessible à des Chrétiens qui sont incapables de se rendre à l’église pour célébrer?

La Rév. Marilyn Leuty, qui s’occupe des congrégations de l’église unie Saint-Paul à Assiniboia, SK, de l’église unie Coronach à Coronach, SK, ainsi que le l’église unie Wesley à Rockglen, SK, a une réponse à ces questions. Depuis quelques années, elle a utilisé les documents de la Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens au cours de célébrations tenues dans des résidences locales pour personnes âgées.

Nous avons demandé à Marilyn de vous faire part de ses expériences. Son histoire suscitera peut-être des idées dans votre contexte local.

Poursuivez votre lecture pour avoir des conseils pratiques pour ce qui est :

  • d’adapter la célébration de la SPUC aux besoins et capacités des personnes âgées
  • de choisir des chefs de file en vue d’une célébration de la SPUC à une résidence de personnes âgées
  • de trouver de la musique et des hymnes pour la célébration (à compter de sources inattendues!)
  • d’utiliser la ressource « 8 jours de prière » lors de la célébration
  • d’organiser une rencontre amicale après la célébration

Q : Pourquoi avez-vous décidé d’apporter la Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens dans des résidences pour personnes âgées?

ML : Lorsque je suis déménagée de l’Ontario à la Saskatchewan il y a environ cinq ans, j’y ai trouvé un dynamique mouvement œcuménique populaire. À maints égards, il s’agit là d’une caractéristique de l’expérience de l’immigrant en Saskatchewan. Les colons européens – issus des contrées orthodoxes de l’Est, des traditions luthérienne et réformée de la Suède et de la Norvège, ainsi que des contrées catholiques romaines – n’étaient pas nombreux et vivaient dans un milieu rural assez isolé. Souventefois, ils n’avaient pas la possibilité de « se séparer » selon les traditionnelles délimitations confessionnelles et ils célébraient ensemble. Ils se considéraient comme étant des voisins, ils se mariaient entre eux, assistaient aux mariages et aux funérailles les uns des autres. Bref, leur cercle était petit et pourtant large; ils possédaient une familiarité vivante et étroite avec différentes traditions chrétiennes, pratiquant l’« œcuménisme » sans connaître ce terme.

Cette expérience historique d’unité et de diversité se retrouve dans les résidences pour personnes âgées que je dessers. Les résidents vivent et célèbrent ensemble. Même s’ils ont appartenu à des congrégations ou paroisses « confessionnelles » avant de prendre leur retraite, ils découvrent une nouvelle et joyeuse expérience en franchissant ces délimitations – ou, pour mieux dire, en voyant les « confessions » comme étant des expressions différentes du Christianisme plutôt que des barrières. Toute célébration à nos résidences pour personnes âgées est intentionnellement interconfessionnelle, menée par des pasteurs de différentes églises qui servent à tour de rôle. La Semaine de prière s’insérait donc naturellement dans ce contexte.

Q : Vous mentionnez que vous adaptez les documents annuels de la SPUC pour répondre aux besoins des personnes âgées du lieu. Pouvez-vous en dire davantage à nos lecteurs à ce sujet? Si je suis un(e) pasteur(e) ou un/une bénévole et que je désire faire participer des personnes âgées de la localité à la Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens, de quoi devrais-je tenir compte?

ML : Vous devriez surtout tenir compte des besoins et des capacités des personnes que vous desservez et adapter les documents de la Semaine de prière en conséquence.

Par exemple, si vous ne changez rien au texte et si vous incluez des hymnes ou de la musique dans la célébration de la SPUC, elle peut durer jusqu’à une heure, une heure et demie. C’est trop long pour la plupart des personnes âgées et je raccourcis habituellement la célébration à une durée d’environ 20 à 30 minutes.

Vous devez aussi vous demander qui mènera la célébration. Dans certaines des résidences où je suis allée, la réalité est que je ne peux pas impliquer les aînés dans la célébration en raison de divers handicaps. Ou vous n’aurez peut-être pas l’occasion de répéter la célébration au préalable. Vous pourriez donc décider de faire vous-même toute la célébration ou d’amener avec vous des bénévoles pour mener les prières, diriger le chant ou poser une action symbolique particulière. Ceci est une belle occasion de faire participer des personnes intéressées de différentes églises de votre secteur.

Il est également important de repasser les mots et la musique de la Semaine de prière. Par exemple, j’essaie de rendre la célébration aussi familière et simple que possible – pour que les résidents qui sont « non verbaux » puissent participer. Puisqu’il s’agit d’une célébration œcuménique, j’essaie de trouver des hymnes qui sont communs aux personnes de la plupart ou de plusieurs traditions et d’incorporer des éléments transcendant les confessions, tel le Notre Père.

Ne pensez pas avoir à « coller » au texte principal du service liturgique annuel de la SPUC. J’utilise souvent des parties de la ressource « Huit jours de prière » – en particulier, les réflexions bibliques et les courtes prières quotidiennes qui s’y trouvent – pour une célébration de la SPUC destinée aux résidences pour personnes âgées. Ou vous pouvez insérer de petites « bribes » des réflexions bibliques et des prières quotidiennes dans plusieurs célébrations régulières – en janvier ou au cours des autres mois de l’année.

Lorsque vous choisissez la musique, il est toujours bon de penser au contexte local ou de demander aux aînés ce qu’ils aimeraient avoir. Par exemple, vous jugerez peut-être que les chants de Noël sont les plus appropriés, parce qu’ils sont bien connus et circulent dans les traditions. Ou certains chants chrétiens ne faisant pas partie du répertoire ecclésial peuvent s’avérer utiles (par exemple, des chansons de musique country). Ne craignez pas de demander conseil et d’être inventif/inventive.

Vous n’aurez peut-être personne pour vous aider avec l’accompagnement musical. J’ai souvent utilisé des téléchargements MP3 d’hymnes et de musique (n’importe quoi sans droits d’auteur). Si vous n’avez pas de chanteurs ou de musiciens, vous pouvez aussi apporter des CD et un lecteur de CD pour l’accompagnement lors de la célébration.

Quoi que vous décidiez de faire, j’estime que la simplicité et la clarté sont des clés lorsqu’il s’agit de planifier une célébration pour les aînés.

Un dernier point, mais non le moindre, vous pourriez avoir à relever un défi que je n’ai pas à relever dans mon contexte. Dans les résidences pour personnes âgées où je suis allée, les gens connaissent bien les services liturgiques interconfessionnels et se montrent réceptifs à la « saveur » œcuménique de la célébration de la SPUC. Si le tracé des démarcations confessionnelles est plus rigide dans votre région, vous aurez peut-être à consulter le personnel des résidences et à expliquer ce qu’est la Semaine de prière, ainsi que pourquoi il est important d’exprimer diverses traditions chrétiennes lors de la célébration. De plus, vous voudrez peut-être avoir une conversation avec les aînés sur ce que signifie se rassembler au-delà des frontières confessionnelles et prier pour l’unité des Chrétiens.

Q : Faites-vous quelque chose d’autre après la célébration de la Semaine de prière dans les résidences pour personnes âgées?

ML : Oui, dans certaines résidences, j’invite les aînés à une « heure du thé » après la célébration. Encore une fois, cela dépend du contexte local, ainsi que de l’état de santé et des capacités des résidents.

Vous aurez peut-être l’occasion de parler à des aînés au cours de l’« heure du thé » – c’est un bon moment pour faire un partage d’expériences et d’impressions, nouer des relations amicales et leur demander de vous faire part de leurs commentaires.

Q : Quel est l’apport des aînés à la Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens? Que peuvent-ils en retirer?

ML : Plusieurs aînés vivant en résidence sont des œcuménistes « sur le terrain » qui font quotidiennement l’expérience de la réalité, des défis et des dons de la diversité et de l’unité chrétiennes. Si vous invitez des bénévoles de diverses églises de votre secteur à vous aider dans la préparation d’une célébration de la SPUC pour les aînés et à y participer en tant que meneurs ou musiciens de cette célébration, ils pourraient apprendre beaucoup de choses des résidents, puis transporter ces connaissances et ces dons dans la vie de leur communauté. Pour ce qui est des aînés, se joindre les uns aux autres dans la prière pour l’unité, de même qu’avec les Chrétiens à travers le monde, s’avère être un cadeau.


Si cette histoire vous a donné le goût d’organiser une célébration ou un événement de la Semaine de prière pour l’unité des Chrétiens pour les aînés de votre secteur et que vous aimeriez en savoir plus à ce sujet ou que vous avez des questions, veuillez nous le laisser savoir.

Nous aimerions aussi publier sur ce site Web des photos, histoires, impressions ou idées ayant trait à vos événements ou services liturgiques locaux de la SPUC. Envoyez-nous un courriel pour nous faire part de votre expérience!